Qu'est-ce que le label ?

Le LABEL Coopérer Pour Entreprendre a été lancé en janvier 2015. Il accompagne le développement des Coopératives d’Activité et d’Emploi en leur permettant d’améliorer leurs pratiques et de renforcer leur attractivité et leur pérennité.

Solide et crédible, le label n’est ni rigoriste, ni complaisant. Fondé sur des règles simples, concrètes et empreintes de bon sens, il est le fruit de plus de 20 ans d’expériences partagées par la très grande majorité des coopératives d’activité et d’emploi.

Les avantages du label

Des structures pérennes et responsables, qui maîtrisent leur métier et leur environnement.

Des acteurs à forte utilité sociale, force de propositions et engagés sur leur territoire.

Des partenaires fiables avec lesquels s’engager dans la durée.

Un outil de valorisation et de conduite de progrès structurant et mobilisant.

La reconnaissance des pratiques d’excellence dans tous les domaines.

La sécurité et la confiance dans un réseau aux règles partagées par tous.

Une démarche compatible avec d’autres démarches  (label de territoires, RSE…).

Un cadre très structurant pour créer et pérenniser son activité de CAE.

Un outil de gestion des risques clé en main.

20 ans d’expérience et de bonnes pratiques dans un réseau résumés dans un référentiel de labellisation.

Pour les entrepreneurs salariés ou pour les parties prenantes internes des CAE :
-  des employeurs fiables, respectueux du droit du travail et soucieux du dialogue social ;
-  une participation renforcée à la vie de la coopérative.

Le LABEL garantit le professionnalisme de la CAE. C’est également une démarche mutuelle de progrès, collective, dont s’est doté le réseau pour accélérer le partage des bonnes pratiques, en facilitant leur identification. Progressive (les CAE s’inscrivent à leur rythme dans la labellisation), cette démarche est également soutenue par des formations, des outils opérationnels ou encore une plate-forme numérique dédiée, permettant notamment à chaque CAE de s’autoévaluer et ainsi mesurer ses progrès.

Les exigences du label

Elaboré par et pour les CAE, la démarche de labellisation est adaptée aux spécificités des coopératives d’activité et d’emploi.

Le label est fondé sur un référentiel de plus de 100 critères répartis en 6 champs, qui couvrent l’ensemble des dimensions d’une coopérative d’activité et d’emploi et reflètent 20 ans d’expérience.

Les 6 champs du label

  • Juridique et financier : droit coopératif / droit des sociétés / équilibre financier.
  • Comptabilisé gestion : fiabilité et transparence/ efficacité de l’organisation comptable.
  • Ressources Humaines : droit social / politique salariale /  dialogue social et communication interne / formation et compétences / égalité hommes-femmes.
  • Accompagnement : accueil et intégration / développement et animation / compétences et pédagogie.
  • Réseau CPE : le projet politique des CAE de CPE et la Charte d’engagement / adhésion et participation / transparence et communication / label.
  • Sociétal : dialogue avec les parties prenantes externes / contribution au développement territorial.

Le label de Coopérer pour Entreprendre a été conçu avec toute la rigueur nécessaire et attendue.
  • Le référentiel n’est pas complaisant : la moitié des critères du référentiel doivent être obligatoirement remplis pour être labellisés.
  • Les CAE candidate à l’obtention du label seront évaluées par des évaluateurs recrutés par  Coopérer pour Entreprendre sur la base de leurs compétences en management de la qualité ainsi que sur leur connaissance du réseau. Ces évaluateurs bénéficieront d’une formation.
  • Le processus est piloté par un Comité de Labellisation.
  • Le processus dans son ensemble est maîtrisé, au travers de règles et procédures connues de tous, valant pour tous et pouvant faire l’objet d’un audit indépendant.
  • Afin de développer les regards croisés et renforcer le dialogue social en interne, la participation des parties prenantes internes à la CAE est une obligation du label.
  • Les CAE sont encouragées à utiliser le label comme un outil de dialogue avec leurs parties prenantes externes.
  • Le référentiel du label et les procédures sont accessible à tous.

Une démarche mutuelle de progrès

L’ensemble des CAE auront accès  à un accompagnement dans la durée :

  • Un outil d’auto-évaluation en ligne permettant de réaliser une véritable pré-évaluation, identifier les points forts et les points faibles, et facilitant ainsi la mise en place d’un plan d’action.
  • Des outils de mutualisation.
  • Des formations sur mesure, sur chacun des 6 champs du référentiel.

Comment obtenir le Label ?


    Le processus de labellisation est la démarche qualité de Coopérer Pour Entreprendre. Elle réunit dans un référentiel commun les obligations et les bonnes pratiques propres à une CAE de Coopérer Pour Entreprendre.
    Toute CAE sociétaire de Coopérer Pour Entreprendre doit systématiquement s’engager dans cette démarche qualité et être auditée.
    En s'engageant dans le processus de labellisation, les CAE sont auditées par un groupe d’auditeurs internes, sur la base du référentiel. Les règles permettant d'obtenir le label sont les suivantes :
  • 57% des critères sont OBLIGATOIRES, et doivent être totalement satisfaits, sans exception. Y figurent notamment les obligations relatives à la loi ESS
  • 34% des critères sont RECOMMANDES. La moitié doit être satisfaits, totalement ou partiellement.
  • 10 % des critères sont CONSEILLES et n’entrent pas en compte dans l’attribution du Label
    • A l’issue de l’audit, Coopérer Pour Entreprendre valorise les bonnes pratiques de la CAE et émet des recommandations.
      Sont labellisées pour 3 ans les CAE auditées qui obtiennent 100% des critères obligatoires, et 50% des critères recommandés. Elles peuvent utiliser la marque LABEL CPE.

    Un complément à la Loi pour développer les CAE

    Les CAE répondent à un besoin social mais sont aujourd’hui encore peu nombreuses. Comment en développer l’accès ? L’une des réponses de Coopérer pour Entreprendre est le Label.

      Avec le Label, résume Dominique Babilotte, Président Directeur général de Coopérer pour Entreprendre, « les nouvelles CAE vont gagner un temps précieux. Gérer une CAE ne s’improvise pas et requiert à la fois des compétences techniques très poussées et des règles transparentes pour pouvoir garantir aux entrepreneurs que l’entreprise qui les salarie et qui gère leur comptabilité au quotidien est absolument maîtrisée ».
      Des attentes tout autant partagées par les pouvoirs publics qui s’engagent aux côtés des acteurs de l’accompagnement à la création d’activité, et attendent de leurs partenaires une capacité d’innovation renouvelée et des résultats maîtrisés.

    20 ans d'expérience réunis en 117 critères

    Le référentiel du LABEL couvre en 117 critères l’ensemble des compétences et responsabilités à l’œuvre dans une CAE : juridiques et financiers, comptables, ressources humaines, accompagnement, ancrage territorial et appartenance au réseau.